La Centième : couleur France

Du 29 juin au 21 juillet 2013, la centième édition du Tour emmènera coureurs, suiveurs et téléspectateurs sur un parcours de 3360 km exclusivement dessiné en France. Après un premier séjour corse, la Grande Boucle visitera les merveilles du pays, et proposera des défis inédits aux grimpeurs du peloton. À l’issue de l’ultime contre-la-montre, il restera 615 kilomètres de route jusqu’à l’arrivée finale, et notamment une double ascension à l’Alpe-d’Huez !

 

L’île de Beauté accueille pour la première fois le Tour de France. Le Grand Départ qui y sera organisé donnera le ton d’une édition dédiée à la majesté des territoires autant qu’à l’exploit sportif. Pour la première fois depuis dix ans, le parcours du Tour a été dessiné à 100 % dans les frontières de la France métropolitaine. La plus grande course du monde rend hommage à son théâtre, en invitant ses téléspectateurs à découvrir de nombreux sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, des Calanques de Piana aux jardins du Château de Versailles, en passant par la Cathédrale d’Albi ou le cœur historique de Lyon. Après son séjour corse, le Tour 2013 restera également imprégné du thème de l’eau : avec Nice, Marseille, Saint-Malo et le Mont-Saint-Michel, six étapes seront jugées en bord de mer, tandis que le peloton aura l’occasion de longer les quatre grands fleuves de France, et de rouler sur les rives des somptueux lacs de Serre-Ponçon et d’Annecy.

 

Durant les trois semaines de course, l’esthétique se trouvera également dans l’action. Là-aussi, la diversité des terrains a été privilégiée, afin d’offrir à tous les types de coureurs des possibilités de s’exprimer, dans toutes les séquences que connaîtra le Tour. Les rouleurs seront à l’honneur en groupe à Nice, puis en solo au Mont-Saint-Michel, tandis que les sprinteurs devraient se donner rendez-vous à Marseille, à Montpellier ou encore à Saint-Malo. Quoi qu’il en soit, le parcours reste constamment ouvert aux audacieux. Et parmi eux, les grimpeurs auront des opportunités étalées tout au long de leur périple.

 

Le programme pyrénéen reprend des ascensions récemment intégrées dans la liste des « cols d’élite » du Tour de France, comme le col de Pailhères ou la Hourquette d’Ancizan. Les géants du Tour iront un peu plus tard à la rencontre du Géant de Provence, le Mont Ventoux, qui n’a plus été escaladé depuis 2009. S’ils se montrent entreprenants, les montagnards ont ensuite les kilométrages et les pourcentages d’ascension suffisant pour un réel feu d’artifice dans le massif alpin. L’ultime contre-la-montre du Tour n’a pas été placé aussi loin de l’arrivée finale depuis 1975. Surtout, il restera ensuite plus de 140 km de montée répartis sur trois étapes de haute intensité : nous parlerons pour la première fois des 42 virages de l’Alpe-d’Huez puisque c’est une double montée dans la station que les coureurs affronteront le jeudi après-midi. Une revanche leur est préparée le lendemain en direction du Grand Bornand, puis jusqu’à l’arrivée au Semnoz, face au Mont-Blanc, qu’ils découvriront à 24h des Champs-Elysées. Qui sait si le vainqueur du 100èmeTour sera déjà désigné ?



Toutes les actus